En Alsace

Les délégations départementales
Rejoignez nous !
Mon compte
Site national

Blättele 10 2016

Publié le 30/10/2016

Agenda

du samedi 29/10 au mardi 01/11 Strasbourg

Stand ASMA au salon "Bio & Co"

du jeudi 17/11 au dimanche 20/11 Strasbourg

Stand ASMA au salon "Maison & Travaux"

 

vendredi 18/11

18h30

Colmar

Stàmmtisch ASMA au Restaurant Meistermann (2a avenue de la République, Colmar)

mardi 22/11

18h30

Strasbourg

Stàmmtisch ASMA au Cerf d'Or 

(6 place de l'Hôpital, Strasbourg)

 

Mission accomplie !

 

 

 

 

Biberschwantz

Le samedi 1er Octobre, l'ASMA vous invitait à un chantier participatif "pose de tuiles Biberschwanz" chez Delphine à Niedersoultzbach.
Notre formateur était Jac Bruderer, Maître tailleur de pierre, Restaurateur du bâti ancien, Consultant/formateur techniques du bâti ancien & Président de l'association Cun Ulmer Grün, château du Schoeneck.
Le cadre était bien sûr des plus enchanteurs, un corps de ferme en cours de restauration, avec une maison implantée à l'arrière (sauvée et démontée par Jac) entièrement remontée avec des matériaux locaux et écologiques.
C'est d'ailleurs une médaille d'or ASMA depuis cette année.
Une dizaine de personnes étaient présentes, ce qui permit une chaine de travail efficace.

Bruderer

La belle grange fraîchement remontée fut donc couverte de tuiles de récupération en une journée ! :)
Entraide, récupération, transmission de savoir-faires ancestraux, convivialité, simplicité : un grand merci à toutes les personnes présentes, et plus spécialement à Delphine et Jac.

Dans l'actualité

Une mobilisation qui paie!

Vous avez pu vous en rendre compte dans les derniers numéros du Blättele, l'ASMA s'est fortement mobilisée contre la loi sur la rénovation énergétique, imposant une ITE (isolation thermique par l'extérieur) pour tous travaux importants sur la façade d'un bâtiment.

ohnenheimITE

Et bien la mobilisation a payé. Face à la fronde menée par les associations du patrimoine contre le décret sur l’embarquement de l’efficacité énergétique lors de ravalement, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal proposera un décret modificatif qui devrait être publié au cours du premier trimestre 2017. Les bâtiments en matériaux sensibles à l’humidité : torchis, matériaux de fabrication artisanale, bois, les façades recouvertes d’enduit à la chaux, au plâtre ou en terre seront exclus du champ d’application. 

Plus d'informations dans cet article du Moniteur:

http://www.lemoniteur.fr/article/embarquement-des-travaux-de-renovation-energetique-segolene-royal-propose-un-decret-modificatif-33362778

 

Visite-conseil ASMA de la commune de Ohnenheim !

Sylva Brucker, Architecte et Architecte-Conseil de l'ASMA, s'est rendue début octobre à Ohnenheim (près de Marckolsheim), pour le diagnostic d'une maison précise, et pour aborder le patrimoine de la commune de manière générale avec M. le Maire.

ohnenheim
L'occasion de présenter l'ASMA, d'aborder les différentes problématiques des élus en matière de patrimoine et d'urbanisme, d'échanger sur des cas précis, des dépendances, mais aussi les enjeux à venir.
L'ASMA a pu constater la dramatique défiguration du plus beau corps de ferme du village (démolition des dépendances et ITE), mais aussi se pencher sur les éléments emblématiques du village encore présents et à valoriser: maison de la dîme, école admirablement bien restaurée, corps de ferme hélas abandonnés, séchoirs en brique, quelques pignons de terre crue, de belles restaurations...
Un Maire sensible à son patrimoine, des solutions concrètes proposées, une commune que l'ASMA épaulera : voici un exemple concret de conseils aux collectivités, que l'ASMA effectue bénévolement au quotidien. 

Les notaires haut-rhinois lancent leur concours...

Dans le cadre d'une action de mécénat avec le journal "L'Alsace", les notaires du Haut-Rhin lancent "Les prix du patrimoine", un concours destiné à récompenser et promouvoir des réalisations de personnes physiques, d'associations ou de personnes publiques visant à mettre en valeur le patrimoine haut-rhinois.

19

Trois catégories sont proposées : 

• La rénovation et la sauvegarde du bâti. Toute intervention physique effectuée sur un bâtiment, un bien immobilier ou un ensemble bâti d’intérêt patrimonial visant à le mettre en valeur ou à le conserver, dans le respect de l’ensemble de ses caractéristiques architecturales d’origine, ou toute action ou projet visant la préservation d’éléments significatifs du paysage culturel. Par exemple, la restauration d’un orgue ou la réhabilitation d’une ancienne grange.

• L’interprétation et la diffusion. Par la mise en valeur qui sensibilise au patrimoine en situation, par l’action ou par l’objet : théâtre alsacien, livres… Par la diffusion plus classique du patrimoine, comme les expositions muséales ou les publications, les projets multimédias, les spectacles, les festivals. Et tout ce qui met en valeur la culture traditionnelle, comme les routes ou chemins du patrimoine, les spectacles, les festivals.

• Le porteur de tradition. L’individu reconnu dans son milieu par sa maîtrise de connaissances reliées à la pratique du conte, de la chanson, de la danse, de la poésie, de la musique, des arts et des métiers, ainsi que des coutumes issues de la tradition : conteur, poète, historien local…

Il est possible de concourir jusqu'au 30 novembre.

Tous les détails sur : 

http://chambre-haut-rhin-68.notaires.fr/fr/prix-patrimoine/presentation.html

Nouveau magazine et partenariat ASMA

Notre association a été invitée à collaborer avec un tout jeune magazine trimestriel haut de gamme dédié au territoire & à l'art de vivre en Alsace: Origine Alsace.

origine Alsace
A chaque numéro, deux pages seront offertes à l'ASMA. Le premier article, consacré à la maison de pêcheur de Ohnheim (restaurée par Sophie et Franck et médaillée cette année) a été rédigé par Clémentine Josseaume. Un encart présentant l'ASMA apparaitra dans chaque parution.

image

Nouvelle livraison de la revue MPF

revueMPFCe nouveau numéro de la revue "Maisons Paysannes de France" est l'occasion de découvrir la nouvelle mise en page, avec une maquette complètement réactualisée.

Le dossier, encore une fois très intéressant, est consacré au "Réemploi" (récupérer pour restaurer).

Mention spécial à l'article décalé de nos amis lorrains : "Comment défigurer une maison traditionnelle".

La revue MPF est disponible sur nos stands, ou à commander directement ici : http://www.maisons-paysannes.org/boutique/revue-n201/

Les adhérents ASMA bénéficient d'un tarif préférentiel pour l'abonnement à la revue.

 

 

 

 

La chronique de Marc Grodwohl

Ils savent quoi en faire

On a beaucoup parlé de maisons dont les propriétaires publics ne savent que faire, et hélas il faudra y revenir bien des fois. Une noble réalisation en Forêt-Noire nous donne une salutaire occasion de respirer un peu d’air frais.

Dans cette montagne plusieurs fermes ont été conservées sur leur site d’origine, à l’initiative d’associations et de communes qui les ont ouvertes à la visite. L’une des initiatives les plus intéressantes est le Schneiderhof à Endenburg, habité en dernier par Berta Schneider, une veuve décédée à l’âge de 89 ans en 1986. Dès 1987, le maire de la commune mobilisa les citoyens et les administrations afin d’acheter la ferme et la restaurer, sans rien y modifier. Apparemment, personne ne lui a imposé les normes aberrantes qui sévissent en France. Aujourd’hui retraité de son mandat d’élu, il se consacre, avec son épouse et d’autres bénévoles, à accueillir et guider le public de visiteurs.

L’idée était simple et droite. Il ne s’agissait pas de réaliser un nième musée de la Heimat idéalisée, mais de transmettre l’expérience totale d’une femme, affrontant seule le labeur d’une petite exploitation. La modestie de ses besoins, le respect de la tradition enseignée dans sa famille lui avaient interdit de changer quoi que ce soit aux manières de penser, de vivre et de travailler de ses parents. A travers sa vie dure s’était maintenue une somme de savoir-faire et de connaissances pratiques, de techniques de survie pourrait-on dire, qui sont autre chose que la résistance à la misère : car elles sont soutenues par ce rapport singulier de la personne au monde que l’on appelle la culture. Les habitants de ce village de Forêt-Noire ont compris, ou simplement ressenti, que Berta était l’ultime participante d’une telle culture dans laquelle nature, savoirs et croyances s’entrelaçaient à chaque moment du jour, des saisons, des vies et des morts. Ils savaient, les villageois de la fin du XXe siècle, que ce tronc d’expérience était le seul arbre auquel rattacher leur bribes de connaissances et de souvenirs, isolées, vouées à tomber et à pourrir comme des feuilles mortes faute de savoir d’où elles venaient et sous quelle forme les transmettre.

La cuisine de Berta

Au Schneiderhof, la cuisine de Berta est restée inchangée, à l’exception de l’ampoule électrique

Berta est au cœur du sujet. Le guide ne dit pas quelle est la fonction de telle pièce ou de tel outil, mais raconte ce que Berta y faisait ou en faisait, sans ajouter de jugements ou d’effets pour amuser ou distraire l’assistance. Il reste strictement dans son rôle de médium : il prête aux choses la parole de la personne dont ils sont la dernière trace. L’étable est vide d’animaux et propre, il n’y a que trois objets qui seraient insignifiants si le guide ne les prenait à témoin : le vélo de Berta est là où elle l’a posé la dernière fois, près de la rigole pavée où elle satisfaisait ses besoins naturels. Sur un soupirail, un crâne : celui de Hansel le taureau blessé qu’elle, détestant tuer les animaux, a dû achever et dont elle a conservé la relique. Cette vie primitive n’était pas celle d’une brute, elle n’a pas été vaine car elle nous apprend quelque chose de nous-mêmes et nous dit ce que nous perdons chaque jour un peu plus. Cela par la grâce de bénévoles, qui reconnaissent que leurs émotions sont très fortement engagées dans ce projet. Certes. Mais leur sensibilité ne les aveugle pas. Ils savent exactement où ils vont, et plus encore où ils ne veulent pas aller : nier les expériences uniques des femmes et des hommes, effacer leurs traces à nulles autres pareilles, pour y substituer une connaissance patrimoniale lisse, normalisée et prête à l’emploi c’est-à-dire à la vente.

Le crâne de Hansel

Le crâne de Hansel dans l’étable du Schneiderhof

J’ai pensé à Berta ces jours derniers en visitant en Alsace une réalisation prestigieuse qu’à mon habitude je ne nommerai pas. Il s’agit d’un centre d’interprétation du patrimoine, dans un beau bâtiment ancien. C’est selon mon avis un « site internet en dur ». L’idée d’ « interprétation » du patrimoine et de la nature ne m’est pas sympathique, je le confesse. Elle suppose que le patrimoine est un objet aussi statique qu’érudit, qui demande à être organisé, classé en rubriques simples afin que vous et moi puissions retourner sur les bancs de l’école et y apprendre à « interpréter » correctement. Il est vrai que livrés à nous-mêmes, nous laisserions l’imagination et les sentiments prendre le dessus, c’est inacceptable.

Je passe sur le superbe bâtiment, qui devrait être l’objet principal de la visite mais ne l’est malheureusement pas. On oublie vite où l’on est, car peu de choses évoquent comment on a vécu ici au fil des temps. La rénovation en a fait une belle boîte, que l’on a remplie de choses « utiles », vitrines, panneaux d’exposition à saturation, écrans interactifs. Les ressources du bâtiment ont été ignorées. Par exemple un « espace » très bien fait montre, par des jeux de maquettes, différentes règles de la construction en pan de bois. Mais au même endroit, on pourrait aussi bien organiser des démonstrations de cuisine ou d’informatique. On arrive au dernier étage et là, enfin, surprise en pénétrant dans la superbe charpente du grenier, le seul moment où l’on a véritablement conscience d’être dans un bâtiment ancien. C’est évidemment là qu’on aurait pu, qu’on aurait dû inviter le visiteur à regarder, ressentir et comprendre la construction ancienne en bois : il n’était point besoin de maquettes, l’enthousiasme aurait suffi. En place de cela, la charpente, pourtant exceptionnellement belle et intéressante, est quasiment invisible, masquée par les panneaux d’exposition saturés de textes qui empêchent toute perception et toute contemplation du volume. Une fois de plus, les solutions toutes prêtes l’ont emporté. Nous leur préférons la chimie subtile qui devrait s’opérer entre un lieu épaissi par le temps, l’attention respectueuse de ceux qui ont la charge de le maintenir et le faire partager, à l’écoute des traces de ce qui fut et déjà en empathie avec les inconnus qui en emprunteront la piste plus tard .

Il nous manque le coup d’œil que jette affectueusement Berta sur le crâne de son taureau Hansel. Il nous manque le respect des reliques et la capacité de leur donner une parole. Il nous manque une idée poétique de l’âme, c’est pourquoi on arrache les vieilles maisons et les vieux arbres.

Marc Grodwohl

Internet : www.marc-grodwohl.com
Pour réagir à ce billet : marc.grodwohl@orange.fr

 

 

Maisons en danger - Commission Sentinelles

Les agents immobiliers, des acteurs (qui devraient tous être) clé

Rares sont les agences immobilières sachant commercialiser le bati ancien, souvent considéré comme un véritable OINI : Objet Immobilier non Identifié.
Nombreux sont donc les agents immobiliers à ne dire que le minimum, voire à dénigrer ces maisons anciennes ou même à ne vendre que le terrain dans leurs annonces.
Et pourtant, la transmission de notre patrimoine n'est pas une chose anodine, et nécessite des compétences et une réelle sensibilité.
L'ASMA propose donc aux agences immobilières d'évoquer son expertise et ses conseils bénévoles dans leurs annonces.
Cet agent immobilier joue le jeu, dans le cadre de la commercialisation de cette belle maison située à Leutenheim : https://www.leboncoin.fr/ventes_immobilieres/981365927.htm

Leutenheim
Proposée à la vente depuis quelque temps, son potentiel est évident.
Les personnes intéressées par l'acquisition de cette maison savent donc qu'elles peuvent se tourner vers l'ASMA pour des conseils experts et bénévoles, lors de nos Stammtisch.
D'ailleurs, de plus en plus de gens se tournent vers nous avant même l'acquisition.
Ils viennent à nos Stammtisch avec à l'esprit un projet vague' pour s'enrichir des échanges ; ou viennent après leur première visite avec de nombreuses photos pour s'assurer que leur projet est en adéquation avec leur budget ou définir les priorités.

L'ASMA, forte de son expérience de terrain, a identifié les acteurs clé de la valorisation de notre patrimoine rural.
Les agents immobiliers en font naturellement partie et, s'il y a encore beaucoup à réaliser en la matière, se réjouit néanmoins que certains prennent conscience de l'importance de son potentiel et de sa mise en valeur.

Nambsheim 
Cet ensemble extraordinaire, dont l'âme est restée intacte, attend toujours celle ou celui qui lui redonnera vie. si elle n'est pas rapidement vendue elle sera très certainement détruite.
https://www.patrice-besse.com/chateaux-a-vendre/alsace/maison-village-rhin/

Nambsheim-600x435

 

Saessolsheim
Autre bâtiment à sauver : ce corps de ferme aux proportions hors du commun, ayant conservé de nombreux éléments d'authenticité :
https://www.patrice-besse.com/maisons-de-caractere-a-vendre/alsace/strasbourg-18eme-siecle-dependances-a-restaurer/

saessolsheim

 

Vous aussi, devenez Sentinelle de l'ASMA !

20160725_144914
http://www.asma.fr/sauvegarde-maison-alsacienne/page-lessentinelles.html

Vous pouvez désormais effectuer un don en ligne sur notre site!

Les sous, c’est le nerf de la guerre, d’autant que l’ASMA est totalement indépendante et composée exclusivement de bénévoles.

Recours, flyers, Blättel, salons, déplacements sur sites, tout cela ne peut exister que grâce au soutien de nos adhérents et sympathisants. Dès lors, bonne nouvelle, il est possible de dépenser votre argent et de faire dépenser celui de vos proches de manière simple et efficace : les dons en ligne à l’ASMA sont désormais possibles sur le site www.asma.fr dans la rubrique « nous soutenir ». Via cette rubrique, vous pouvez désormais choisir d’adhérer par internet et/ou de faire un don de soutien. N’hésitez donc pas à vous lancer dans cette aventure, même modestement.

Pour rappel, ces versements ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % de leur montant dans la limite de 20 % du revenu imposable du contribuable.

Soutenir l'ASMA

http://asma.fr/sauvegarde-maison-alsacienne/page-soutenirlasma.html

  

Sur internet...

Un regard insolite sur l'urbanisme...

Mathieu Piranda est architecte et photographe. Nous vous invitons à découvrir son travail.

L'idée est vraiment excellente! Il y aurait matière à faire dans certains villages du sud de l'Alsace, où une certaine forme d'urbanisme "tabula rasa" donnerait certainement de beaux montages...

KLEBER2,large.1467563152

« Instants mêlés » est une série de photographies où se superposent vieux clichés de Strasbourg et moments figés de la ville d'aujourd'hui. Ces collages d'images passées, projetés bras tendu en immersion dans le décor strasbourgeois, et de paysages urbains contemporains emmêlent le temps et l'espace. Les ambiances, les architectures et les structures urbaines se confondent, se répondent ou s'opposent selon les lieux et les époques.

PTTFRANCE,large.1467563263

Le reste de la série est à découvrir ici : http://www.matphotograph.fr/albums/instantsmeles/

Facebook ASMA

Bientôt 4700 fans.... Rejoignez-nous sur FB...

fbasma

https://www.facebook.com/associationpourlasauvegardedelamaisonalsacienne/

Stands ASMA

Nous serons présents aux prochains salons "Bio & Co" et "Maisons & Travaux" à Strasbourg!

Venez nous retrouver sur notre stand...

2016_Colmar_ASMA__9

salon-strasbourg

maisontravaux

 

Carnet d'adresses

Entreprises et artisans, pour nous soutenir et mieux vous faire connaître, vous pouvez maintenant nous confier des annonces ! Nos conditions.

 seene_oct

 

Vous souhaitez réagir , contribuer , signaler : 

N’hésitez pas, contactez-nous.

ASMA
BP 90032
67270 HOCHFELDEN

blattel@asma.fr

07 86 20 53 88

Si vous ne souhaitez plus recevoir nos lettres d'information, cliquez sur ce lien.